Inscription

Pas encore inscrit(e) sur le forum ?

Ça prend 3 secondes : un email, un mot de passe et c'est tout !

Vous bénéficierez de plus de fonctionnalités sur le forum.

Même sans participer, ça vaut la peine.

[essai de débat] les sols dit "techniques"

10 janvier 2015 à 14:54 Fanarium

Le sujet est ouvert lâchez-vous !
Je commence avec ce premier message déjà posté sur un autre sujet…

"Il y aura des crevettes au sol (d’où sol technique)"

J’en ai vraiment assez d’entendre ce genre de chose !
Pourquoi les crevettes auraient-elles besoin d’un sol artificiel, cher, à l’aspect peu naturel, non durable dans le temps (durée entre 1 à 5 ans suivant les informations des différents fabriquant)… ? Un sable qui se périme un comble.

Arrêtons de mettre tant d’éléments artificiels dans nos aquariums, le sol « technique » en fait parti !
L’aquariophilie est-ce une passion pour la nature sub-aquatique ou pour les éléments artificiels submergés ?

Ces sols dit « techniques » sont à mon sens de la branlette intégrale ! Ce sont les arguments commerciaux qui essayent que nous convaincre de leur utilité, mais où est-elle ?
Ces sols tamponnent les paramètres de l’eau osmosée ou de pluie à la hausse, ce qui me semble incohérent avec la maintenance des crevettes à l’instar de Caridina cf. cantonensis. Dans la nature cette espèce est rencontré dans des ruisseaux ayant en moyennes les paramètres suivants, pH 5/6, 0°dGH, 0°dKH et une conductivité la plus faible possible, soit environ 10/20 µS/cm.

Ces sols nous offrent donc une stabilité des paramètres aux mauvaises valeurs. Quel dommage, surtout vu les prix qu’ils peuvent atteindre !

Les crevettes vivent parfaitement bien dans des eaux exemptes de minéraux, la nature nous le prouve. L’argument prônant la présence obligation d’éléments minérales dans l’eau afin de faciliter la mue des crevettes est totalement faux ! Les crevettes assimilent les minéraux dont elles ont besoins par le biais de leur alimentation. Elles sont constituées d’un exosquelette chitineux imperméable. Elles sont donc incapable de réaliser une diffusion simple entre le milieu extérieur et intérieur. Arrivons-nous par exemple à assimiler les minéraux d’une roche par simple contact externe avec elle ?

Les crevettes, tout comme pour la majorité des poissons issus des ruisseaux forestiers acides, ont seulement besoin au sol d’une épaisse couche de feuilles mortes pour une maintenance adéquate. Les feuilles mortes utilisées peuvent être des feuilles de chênes, châtaigniers, aulnes, érables et bien d’autres encore. Celles de Terminalia catappa peuvent être utilisées à condition d’avoir accès directement et illimité aux arbres producteurs, sans quoi il s’agit d’un gouffre financier inutile.

Ce tapis de feuilles mortes est très intéressant et bénéfique pour plusieurs points. De part son épaisseur, sa structure, offre une infinité de cachettes. Les crevettes ou poissons pourront s’y réfugier sans soucis. La lente dégradation des feuilles est réalisée grâce à de nombreux organismes microscopiques. Ces mêmes organismes seront à leur tour consommés par les crevettes, voire les petits poissons « détritivores » à l’instar des Apistogramma au sens large (soit aussi Apistogrammoides et Taeniacara) ou de leurs cousins centre africains les Congochromis. Dans le cas des crevettes il est ainsi possible de les maintenir sans les nourrir directement.

S’il s’agit de l’effet acidifiant des feuilles mortes qui redoutent souvent leur utilisation en aquarium, il est possible de les ébouillanter durant une dizaine de minutes dans une eau au même paramètres, voire plus bas, que ceux du bac qui les accueillera.

Avec ce type de sol, à base de feuilles mortes, bien plus naturel qu’un sol « technique », il est à la fois possible de pratiquer une aquariophilie économique, responsable et utile.
Responsable et utile par le fait de ne pas dépendre de ces vacheries artificielles, industrielles, mais aussi avec une vision plus naturelle, plus proche de la réalité de l’aquariophile, tout en réalisant une maintenance optimum.

10 janvier 2015 à 14:57 Fanarium

J'invite également les auteurs des réponses relative à mon message sur l'autre post à les publier ici ;)

11 janvier 2015 à 08:48 Fanarium

« tu maintiens des espèces sauvages où le but est de se rapprocher au maximum des conditions naturelles. »
Pourquoi la maintenance des poissons et des crevettes ne pourrait-elle pas être réalisée avec les mêmes philosophies ?
Pourquoi payer à prix d’or une « technologie » qui donne bien souvent des résultats médiocres par rapport aux techniques plus naturelles et plus économiques ?
Ces sols ne donneraient-ils pas l’illusion à des prix astronomiques de maîtriser les paramètres ?
Pourquoi favoriser une maintenance avec des paramètres artificiellement et volontairement décalés de ceux réclamés par l’espèce ?
Pourquoi favoriser la survie artificielle d’individus faibles, naturellement défavorisés ?

« la sélection de cantonensis est loin d’être naturelle ! on cherche des paramètres optimaux pour la survie des juvéniles. c’est une sélection qui fait des individus fragiles. les sols techniques sont éprouvés depuis des dizaines d’années par les plus grands éleveurs de crevettes (en Allemagne notamment).
moi-même, mon expérience avec les cantonensis et surtout la sélection de TWB date de quelques années. j’ai eu des sols neutres, mais toujours des échecs plus ou moins cuisant. là je me lance depuis quelques mois sur un sol technique. »

Ce n’est pas bon de se dire, puisque les Allemands le font, qu’alors c’est la bonne technique !

Ici nous sommes nombreux à nous élever contre la maintenance des Symphysodon en eau de conduite de notre région. À mon sens maintenir des C. cf. cantonensis avec des conductivités, KH, GH… aussi élevés est exactement la même chose que les Symphysodon en eau dure.
Je ne dis pas que tout le monde doit obligatoirement réaliser chez soi un ruisseau des montagnes de l’Est et du Sud-Est a iatique, comportant telle roche, associé avec un débit saisonnier de tant, etc. Cependant il me semble logique qu’en s’éloignant de l’écosystème d’origine de l’espèce comme c’est le cas avec l’emploi des sols « techniques » qui induisent des paramètres bien trop haut pour l’espèce, que d’obtenir des individus de plus en plus fragiles. Ces paramètres produisent des individus fragiles, car l’espèce n’y est à l’origine pas faite pour y vivre à long terme, exactement comme dans notre exemple des Symphysodon.

De plus s’ajoute à cela une absence de sélection « naturelle ». Dans la nature, seuls les individus ayant un génotype favorable à tel environnement survivent. Dans nos aquariums la sélection naturelle y étant quasi inexistante, ainsi des individus défavorisés survivent tant bien que mal. Ces individus transmettent à leur descendance leurs faiblesses. Ce qui entraîne ensuite des pertes souvent qualifiées d’inexpliquées.

Toujours avec mon exemple de Symphysodon, certains éleveurs utilisent des cuves nues, cubiques, avec seuls éléments présents un cône en terre cuite et dans des eaux trafiquées à côté de sels, puis de médicaments, d’UV et j’en passe. Ce genre de technique donne des résultats, parfois de la quantité mais rarement de la qualité ! Ainsi les individus faibles, défavorisés survivent et peuvent à leur tour un jour se reproduire.

N’est-il pas préférable de favoriser la qualité à la quantité pour la pérennité des espèces ?
Ainsi il faut accepter d’obtenir la mort des individus défavorisés, les plus faibles au profit des individus favorisés, les plus forts. Cependant seule une maintenance avec les bons paramètres et non celle avec ceux éloignés des exigences de l’espèce, permet d’obtenir des individus de qualité.

« après, dans un bac de sélection, tu ne peux pas te permettre d’avoir un sol en feuilles ! pour une simple maintenance, oui. mais pas pour des crevettes que tu vas observer tous les jours, que tu dois voir grandir, pêcher pour les changer de bac, etc. ce serait ingérable avec des feuilles ! c’est juste une question pratique ! »

Bien entendu l’utilisation de feuilles mortes jonchant le fond de l’aquarium, pour la pêche ne semble pas une solution pratique. Cependant vu tous les bénéfices quelles apportent je suis bien comptant d’être « embêté » lors de la pêche. Cela dit la gêne occasionnée par celles-ci est minime et s retrouve même bien souvent comme un avantage. Lorsque l’individu convoité au lieu de prendre la fuite dans tout les sens, avec de nombreux aller et retour sur un sol dégagé, la présence des feuilles permet la possibilité d’avoir un abri immédiat et ainsi de limiter la distance de la fuite et donc les pénibles poursuites avec l’épuisette à travers le bac.

Ce type de sol donne à l’utilisateur l’illusion d’une maîtrise de la stabilité de ces paramètres dans le temps. En réalité il n’en est rien. Le jour où ce sol est épuisé, le jour où il arrête de relâcher des éléments chimiques tamponnant le milieu à telle ou telle valeur, l’utilisateur s trouve finalement incapable de réagir. Après ce sont les mêmes utilisateurs qui râlent parce que plus rien ne va.

Cette illusion de maîtrise m’énerve au plus haut point ! En aquariophilie il est important de maîtriser de nombreuses connaissances avant même de s lancer dans tel ou tel projet. Dans l’exemple de l’utilisation de ces sols artificiels industriels, il s’agit comme de la recette dite miracle pour arriver à tel résultat sans en comprendre pourquoi.

Je le vois aussi dans les sports que je pratique, par exemple les activités de montagne. L’exemple des sentiers de randonnées est intéressant. Qu’un plus grand monde viennent comme des moutons pratiquer ces activités entre des filets, barricades, des escaliers… mais que finalement personne n’a la formation nécessaire pour réellement pratiquer ces activités.
De nombreux randonneurs ont absolument besoin de leur rambardes de sécurité quand le chemin devient trop escarpé, de leur GPS pour indiquer leur chemin, peu savent encore utiliser une carte papier…
À quoi bon vouloir à tout prix démocratiser telle ou telle discipline si finalement les pratiquants ne sont pas capables de maîtriser entièrement cette discipline ? Ces mêmes personnes vont ensuite se plaindre de leur échec alors qu’elles ne maîtrisent rien.

Il s’agit également de l’emploi d’élément artificiel industriel qui me déplaît en aquariophilie. Les sols « techniques » en font partie. Il existe tellement d’alternatives respectant davantage notre environnement. J’ai déjà listé dans mon précédent message les nombreux avantages que présentent les méthodes plus naturelles comme l’utilisation d’un tapis de feuilles mortes.

Oui je sais pertinemment que je suis très direct, cassant dans mes propos. Je sais que ce ne m’apporte rien de gueuler sur les autres. De nombreux membres me le redisent régulièrement en privé. Je ne suis pas du tout diplomate. Que voulez-vous ? C’est ma manière d’écrire !

11 janvier 2015 à 09:33 storel

Ah c'est pour ce type d'explications que j'aime aussi ce forum et que je suis content de m'être inscrit. Je te rejoins Alex, j'ai eu de nombreuses discussions avec des crevettophiles à ce sujet (en dehors forum car je fais pas de la crevette à part pour nourrir mes killis et autres).

Le problème c'est que si ils observent de la casse et qu'ils sont sur un substrat à la mode aussitôt la conclusion est que ça vient de la souche de départ de crevettes, de la bouffe mais pas du magnifique conglomérat minéral payé à prix d'or. Bizarrement la réponse est différente sur du sable neutre la conclusion est directe c'est le sol quoi d'autres?

Je pense malheureusement que dans cette discipline récente de notre passion les gens ne se posent pas les bonnes questions et n'essayent pas de comprendre les problèmes d'équilibre existant dans nos bacs. Après je tiens quand même à rappeler aux amoureux des TWB que les TWBM ont été créés par les éleveurs de départ car ils ont très rapidement observé une dégénérescence des individus sélectionnés pour des mutations de coloration. Je pense aussi que la génétique des géniteurs peut y être pour beaucoup. Les sols techniques ont des avantages que l'on peut retrouver pour d'autres substrats naturels mais encore faut il s'y attarder. Comme le souligne Alex les sols techniques pour crevettes mais aussi pour bacs plantés ne sont pas pérennes et de ce fait nécessite d'être renouvelés, ce n'est pas vraiment l'aquariophilie qui me fait rêver.

Merci Alex pour avoir abordé ce sujet.

11 janvier 2015 à 09:55 storel

Dams c'est dommage je ne pense pas que discuter doit empêcher de donner son avis c'est le but. Je comprends que les amateurs de crevettes utilisent les solutions proposées par certains éleveurs la seule chose qui me chagrine c'est que pour beaucoup c'est sans essayer de comprendre voilà ce qui est mon avis.

Après je pense que ces réflexions sont intéressantes si justement tout le monde donne son avis sinon ça sert à rien.

11 janvier 2015 à 09:58 cisco

Je vous rejoins tous les deux sur cette philosophie de l'aquariophilie! Je n'utilise pas de conditionneur d'eau, pas de résine anti truc,etc...
Une maintenance simple avec de fréquent changement d'eau, des bacs non surpeuplés et une nourriture de qualité font parti de la base de l'aquariophilie. Enfin c'est ma vision de l'aquariophilie!

11 janvier 2015 à 10:00 aquario-passion

Dans l'absolu Alex tu as raison dans ce que tu dis pour l'aquariophilie et le sport
Mais malheureusement (ou heureusement pour ceux qui en vivent) c'est l'argent , la modernité et la facilité qui motivent tout cela à l'heure actuelle.
Ceux qui veulent le faire "à l'ancienne" le peuvent toujours avec leur "sensibilité" ou expérience.
je comprends ta fougue vu la passion que tu voues à l'aquariophilie "pointue" et au respect des animaux.
C'est ta jeunesse qui te fait réagir comme ça, et c'est normal car tu semble être un jeune "scientifique" intègre et passionné, mais tu verras avec le temps ,(surtout si tu prends des responsabilités un jour) qu'il n'y a pas qu'une seule vérité ;qu'il faut prendre l'expérience des autres , les entendre pour consolider et compléter la tienne.On ne peut pas être spécialiste en tout
c'est seulement comme ça que tu pourras donner un avis "éclairé" de plus grandes connaissances et faire passer un message à tes interlocuteurs (trices) en tiendront compte.
on en reparlera sûrement

11 janvier 2015 à 10:06 jessch

Je me permet de m adjoindre a cela mais ne pratiquant pas la crevette je ne pourrai etre vraiment affirmatif, je donnerai juste mon point de vue et avis.

Les sols technique peu importe la maintenance n est pas un bon projet en soi meme.

Le manado est beaucoup contreverse par son soucis d un mauvais lavage ou dans le temps qui une fois a saturation relargue tout ce dont pourquoi il as etait creer et l aquariophile se retrouve avec une eau qui commence a changer mais qui devient surtout incontrolable du coup le desarroi s empare de lui.

Les sols technique pour les crevette permettent aux personnes de pouvoir les maintenir dans des conditions qui leurs sont propre mais c est tuer des animaux a petit feu. L aquariophilie au depart n est pas une science qui utilise tel ou tel produit mais reste dans un contexte naturel.

Le probleme au jour d aujourdhui c est que beaucoup de personne voient des aquariums et pensent a une mode du coup il se lancent dans l achat d un sol/cuve/filtre et autre chose necessaire a une maintenance mais ne comprennent en rien cette passion.

En regardant sur leboncoin on s apercoit au vu du nombre de cuve en vente que beaucoup de gens sont des incultes et ne prennent pas la peine de juste se renseigner pour savoir ce qui est bon ou non.

Le cycle de l azote est encore incompris des gens, il est possible en mettant juste une plante d un bac cycler dans une autre cuve pour engrenger une colonie de bacteries dans la nouvelle cuve, pareil pour une poignee de sable, quelque litres d eau aussi.

Les gens nettoie leur sol car ils veulent un bac propre mais en clochant toute les semaines on detruit un tres grand nombre de bacterie qui sont vital a l equilibre de l aquarium et se retrouve pour la plupart avec des soucis qui pour certains deviennent ingerables.

Laisser reposer son eau ou pas? Beaucoup disent que c est necessaire pour le dechlorage mais ce sont juste des absurdites au plus haut, en mettant son eau dans l aquarium, un echange gazeux se forment permettant ainsi le dechlorage de l eau a un certain niveau qui est acceptable pour tout etre vivant, quand un humain boit un verre d eau du robinet laisse t il reposer son eau 24h avant de la boire?

Les changement d eau sont a certains point une non necessite a faire toute les semaines, si on maintien une population adequate a son litrage en evitant toute surpopulation, il est faisable de ne pas devoir en effectuer car une variation de la conductivite se feras sur plusieurs criteres de mineraux present dans l eau mais en possedant aussi un nombre de pkante adequate aux maintien de parametres stable par consommation de celle ci, pourquoi changer de l eau avec des parametres identique a celle que l on rajoute?

Beaucoup de chose ne sont pas encore comprise des gens.

11 janvier 2015 à 10:20 Amazoniensis

Je suis pas tout à fait d'accord sur ta manière de dénigrer les allemands alex.
Ce sont les numéros 1 en aquariophilie depuis de longues années. Et pas qu'en aquariophilie d'ailleurs.
il n'y a qu'à voir comment ces gens sont discipliné, rigoureux, professionnels et respectueux.
Cela se ressent même sur les routes :-)

Je pense que plusieurs ont dû essayer comme.moi de recreer une espece de litiere oragnique pour maintenir des crevettes asiatiques. Malheureusement ce genre de milieu ne leur est pas forcément favorable tant les micro organismes prennent le dessus.
J'ai plusieurs fois vu les planaires et autres hydres me décimer quelques populations.
Alors ok il y a les produits anti machin anti bidule, mais au final on se retrouve en.milieu stérilisé, ce qui est je trouve dommage. Car c'est la richesse des micro organismes qui est justement intéressante lorsque l'on tente de recréer le.milieu naturel.

Tu ne peux pas maintenir des crevettes au meme titre que des poissons malheureusement car ils n'ont pas les mêmes besoins ni les mêmes défenses.

...ou alors en stérilisant tout ...

11 janvier 2015 à 11:08 storel

Je ne vois pas en quoi Fana a dénigré les allemands, ok ils ont une culture aquario bien plus prononcé que nous mais faut pas non plus croire que tout est parfait chez eux (et ce n'est pas le sujet on dévie).

Après bonne réflexion on élève pas les poissons et les crevettes à l'identique. En même temps j'ai peur que peu de personnes essayent de le faire. J'en ai beaucoup discuté avec une personne de notre région qui fait de la crevette (et c'est pas un noob) et lui même le disait que beaucoup de fausses vérités étaient relayées sur les forums.

Bref je pense que je n'irai pas plus loin dans cette discussion et encore je n'ose imaginer le même post chez les crevetomania ;)

11 janvier 2015 à 11:16 Fanarium

Je ne souhaitais pas dénigrer les allemands, ils ont d'excellentes techniques comme des moins bonnes…

Damien, c'est dommage je n'ai pas eu le temps de lire tes messages, ils ont été supprimé trop rapidement

Volontairement je suis parti dans différentes directions, volontairement je ne me suis pas auto-censuré. Après je reconnais manquer de tact.

N'hésitez pas à continuer de réagir…

11 janvier 2015 à 11:36 Amazoniensis

Oui j'aurais du le mettre entre guillemet, le mot est un peu fort.
Ceci dit cette personne dont tu parles mon cher président, maintient quand même presque toutes ses crevettes avec un sol technique, et c'est loin d'être un "noob" comme tu le dis si bien.

11 janvier 2015 à 11:40 storel

et non nico avant il faisait avec sol technique mais petit à petit il passait par d'autres systèmes moins onéreux mais bon je suis pas assez au courant car pour le coup je suis pas un fan des crevettes à part les RC pour donner de la bouffe au CN et killis c'est génial. EN plus pas besoin de sol techniques les RC c'est increvables.

11 janvier 2015 à 11:42 Amazoniensis

Là oui, il me semble qu'il maintenait justement les heteropoda en sol classique et toutes les cantonensis en sol technique d'où ces commandes groupées successives d'Akadama.

11 janvier 2015 à 12:02 storel

L'Akadama je ne pense pas que c'est à considérer comme un sol technique: c'est peu chère par rapport au sol spécialisée et c'est un usage détourné. Il n'y a pas que les davidii il me semble qu'il maintient en sol non technique. Tiens il faudrait que je fasse un test sur un bac avec que de l'Akadama eu niveau paramètres vu que j'en ai pour mes bonsaïs.

11 janvier 2015 à 12:06 Manochke

Oula, beaucoup de choses ont étés écrites, c'est dommage de ne pas avoir recopié ce que j'ai dis sur le post de franz, maintenant ça serait hs, j'aurais bien aimé qu'on y réponde néanmoins.

J'ai essayé de tout lire, difficile de pouvoir tout analyser désormais :3

Un truc m'a fait "bondir", de la part d'Alex, en réponse à miu =

"Pourquoi la maintenance des poissons et des crevettes ne pourrait-elle pas être réalisée avec les mêmes philosophies ?"

En une phrase, tu affirmes qu'il n'y a QU'UNE façon de voir l'aquario, la tienne.
C'est d'ailleurs la seule critique que j'aurais à faire sur ce forum, on a pas tellement le droit de sortir de cette ligne directrice.

L'aquario n'est pas que de la maintenance en quasi mono spécifique, l'aquario n'est pas qu'une reconstitution d'un biotope, l'aquario n'est pas qu'une machine à reproduire.
Il y a des gens qui aiment les bacs plantés, sans algues.
Il y a des gens qui mélangent les poissons de provenance différentes, parait même que les poissons n'en ont rien à foutre.
Il y a des gens qui préfèrent l’esthétique, le design, le rendu de leur aquarium plutôt que la rareté des espèces de poissons qui y sont présents. Ca ne veut pas dire qu'ils se contrefichent de leur bien être.

C'est pas ma façon de voir les choses, mais après tout, pourquoi je critiquerais quelqu'un qui mélange des Trigonostigma heteromorpha avec des Paracheirodon innesi dans un bac planté d'Anubias ?

Pour en revenir aux sols techniques, créer par des entreprises en partenariat avec monsanto, qui n'ont qu'un but dans leur existence : de contrôler votre esprit et votre porte monnaie.
Ils ont réussi chez moi, je n'ai jamais eu d'aussi beaux bacs plantés qu'avec leurs sols, je pense même en racheter pour mes futurs bacs.

11 janvier 2015 à 14:03 aquario-passion

en résumé, comme il y a plusieurs manières de vivre
il y a plusieurs manières de maintenir des animaux (et donc de pratiquer nôtre passion)
dés l'instant où le respect de leur bien être est toujours présent;
soyons ouverts et tolérants
(l'actualité le démontre)

11 janvier 2015 à 14:16 Amazoniensis

À ce moment la manu tu ne donne plus ton opinion.
Une personne qui va me présenter un bac "cosmopolite" je me dois de lui signaler qu'il pourrait améliorer certains points si j'en trouve le temps. Après la personne fait ce qu'elle veut.
Quelqu'un qui va mélanger un assortiment de poissons d'origines diverses et variées ne se sera pas renseigné (ou alors ce sera peut être bien mesuré avec un peu de chance).
je pars du principe que lorsqu'on ne se renseigne pas, on en a justement rien a foutre de certains aspects que certains prôneront d'élitiste. Je me trompe sûrement.
je vois meme des loricaridés dans certains bacs malawistes en full rock, et chez des personnes qui commencent à avoir de la bouteille (aquariophilement parlant).
Une chose frappe plus que tout quand tu discute avec certaines de ces personnes, c'est qu'ils s'en contrefichent des réels besoins de leurs pensionnaires (acclimatation, alimentation, besoins spécifiques).
Quelqu'un qui se contrefiche de ce qu'il maintient se doit de se prendre un but ! tôt ou tard ! dans un soucis que chacun murisse à ce sujet.
Il y a des causes perdues en aquario malheureusement.
On évolue tous au fil du temps fort heureusement, sauf rares cas exceptionnels.

Ces forum sont de merveilleux support pour faire avancer le shmilblik !

11 janvier 2015 à 20:12 Tof

le bien être des poissons reste quand même tout relatif (en tout cas on essaye de se persuader qu'ils sont bien). Un poisson libre dans sa rivière et son milieu naturel ne pourra jamais l'être de la même façon dans nos bacs

11 janvier 2015 à 20:17 Manochke

Non amazozo, tu peux dire "perso je préfère ceci à cela" et non "ton truc c'est de la merde d'inculte" (mon culte).
On est là pour partager, discuter mais pas imposer non?
Et vois tu, pour ma part, tu diffames déjà en disant " Une personne qui va me présenter un bac "cosmopolite" je me dois de lui signaler qu'il pourrait améliorer certains points" , pourquoi un bac cosmopolite serait irrespectueux de nos bestioles?

Tof, on peut pousser l'exemple à l'inverse en disant que dans l'aquarium ton poisson est protégé, il n'est pas soumis au stress des prédateurs par exemple :)

Pour ce qui est du sol technique, puisque c'est le sujet, c'est juste une méthode d'atteindre un objectif (un bac sain avec des plantes difficiles, par exemple), mais pas la solution universelle.

Fowum.comCréer un forum gratuit